Semaine 8 – derniers / dernières

Derniers raccords.
Dernières résistances.
Derniers changements.
Derniers choix.
Derniers re-dérushages, re-balayages de timeline, repêchage de plans.
Dernières suppressions.
Derniers aller-retours.
Derniers visionnages.
Derniers stress.
Derniers ajoukichangetout.
Dernièrezaméliorazions.

Dernière semaine.

32894754463_f30d89e5ea_o

Publicités

Semaine 7 – l’heure des (mauvais) choix

Ma version du film fait 56 minutes. Je dois / nous devons, « descendre » / « tomber » / « couper » pour arriver à 52 minutes.

C’est l’heure des (mauvais) choix.

Faut-il faire, à un moment, les mauvais choix pour s’assurer qu’au contraire nous faisons les bons ? Faut-il s’avancer un peu sur la piste contraire, pour se rendre compte que le chemin que nous avons choisi jusqu’alors était bien le bon ?

Une sorte de preuve par l’expérience.

Après avoir « ratiboisé » la plupart de mes séquences préférées, pour faire plus « efficace »… après avoir coupé dans les plus jolis moments, parce que ce qui est beau ou émouvant demande du temps et donc qu’on peut y voir des longueurs à couper… nous constatons que le film manque cruellement d’air et que les coupes génèrent des frustrations.

Les coupes franches sont mieux passées que les réductions et les essorages de séquence.

Je m’empresse de redonner de l’air partout et je vois le film reprendre des couleurs.

J’aime toujours beaucoup ce moment où ce qu’on enlève fait l’épreuve de la raison et du manque. Il y a ce qui manque et ce qui ne manque pas. Une manière d’éprouver la véracité des choix.

Cette « technique » offre aussi la possibilité de « casser » des choix posés depuis (trop) longtemps et d’envisager de nouvelles constructions plus proche de la structure actuelle et définitive du film.

C’est aussi le moment où ce qu’on « jette » part définitivement dans l’oubli et ce qu’on ne repêche pas aussi. On pèse et sous pèse, mais toujours pour le mieux, le film grandi !

 

 

Semaine 6 – A1, A2, A3, A4… montage son

Cette semaine je monte en-dessous de la piste V1.

D’abord parce que c’est le temps du commentaire… placement de la voix, du texte, du off, des mots sur les images.

Exercice périlleux, qui se cherche lui aussi. Le bon ton, la bonne écriture, les bons liens, les bonnes informations. J’accompagne mais je n’écris pas. J’enregistre, je cale, je retouche mon montage pour faire la place.

C’est aussi le temps des dernières petites coupes. La part belle faîte au son cette semaine. Boucher les trous, enrichir, sculpter les coupes en les pensant par le son qui rythme la découpe. Faire du montage son un allier pour le montage image. Nourrir cet espace plus vaste, raconter ce qu’on ne voit pas en le faisant entendre.

Track 1, 2, 3, 4 les « in ». Track 5 & 6 les offs. Track 7 : le com. Track 8 & 9 la musique. 9 pistes audio pour une piste vidéo ! Quand je dis que c’est plus vaste le son !

Et puis vendredi le premier visionnage avec la chaîne. Tout le monde a graté le papier de ses notes de visionnage pendant la projo. Bilan : All is good ! On attaque sereinement l’approfondissement maintenant.