Résultats de l’enquête sur les salaires des monteurs

Les résultats de l’enquête menée par LMA (Les Monteurs Associés) sont disponible sous la forme d’un pdf sur ce lien.

http://www.monteursassocies.com/2014/11/09/novembre-2014-analyse-de-lenquete-sur-les-revenus-des-monteurs/

Parmis les informations qui ont retenues mon attention :

1- Salaire homme / femme

Salaires médians en fonction du sexe (hors allocation pole emploi)

Hommes : 2 111 € Femmes : 1 648 €

Soit un écart de près de 22 %, supérieur à l’écart des salaires hommes/femmes en France qui est de 19 %.

Si on ne considère que la catégorie exclusivement chefs monteurs :

– chefs monteurs hommes : 2 307 € – chefs monteuses femmes : 1 849 €

Soit un écart de près de 20 %, lui aussi supérieur à l’écart des salaires hommes/femmes en France !

2- Les revenus hors montage (y compris les heures d’enseignement)

Presque 30 % des enquêtés déclarent avoir des revenus hors montage, parmi lesquels 23 % de manière marginale (moins d’un mois de revenu) et 7 % de manière significative (plus d’un mois de revenu).

3- Revenus totaux (salaires + allocations)

En 2012, la médiane des revenus totaux est de 2 860 €.

Rappelons pour mémoire que le salaire médian des cadres en France en 2010 (il n’y a pas encore de statistiques disponibles pour 2012) était de 3 590 €9 (4 416 € si l’on ne considère que les cadres d’Ile-de-France).

Aux extrêmes : 0 € de revenus pour une chef monteuse de 12 ans d’expérience ayant des revenus non nuls les années précédentes ; 8 156 € de revenus nets mensuels pour un chef monteur travaillant dans le cinéma et dont c’est très nettement la meilleure année.
Dans le groupe des monteurs ayant entre 10 et 20 ans d’expérience (dont on peut supposer qu’ils sont correctement « installés » dans le métier et sans compter le cas de la personne n’ayant eu aucun revenu) les revenus s’étagent de 1 385 € à 7 083 € mensuel, soit un différentiel de 1 à 5, considérable pour un même métier.

4- Écarts des revenus sur cinq ans pour un même individu

Les écarts de revenus pour un individu entre la meilleure et la moins bonne année se situent entre 1 000 € et 47 000 € annuels ! 47 000 € étant un cas extrême isolé, mais pour plusieurs personnes l’écart se situe à environ 36 000 €.

Cela nous donne une médiane de 11 134 €, soit 928 € mensuels. Ceci signifie que la moitié des répondants ont donc pu voir leurs revenus varier de plus de 900 € mensuels d’une année à l’autre.

5- Le travail « gratuit »

«Un montage documentaire télé dure 4 semaines, soit 140 ou 160 heures de travail déclaré selon les boîtes. J’estime faire au moins 30 heures supplémentaires par montage. Ces heures sont “offertes” aux sociétés qui ne me déclarent pas ces heures. Pour un projet de courte durée (1 à 3 jours) c’est parfois pire puisque par soucis d’économie, le temps de montage est sous-estimé et le temps de travail est le double de celui déclaré (avec du travail de nuit). D’ailleurs les heures sup. (lorsqu’elles sont déclarées), les heures de nuit, les heures en jours fériés ou en week-end ne sont jamais majorées. » (Majoritairement chef monteur, 7 ans d’expérience)

Nous n’avons pas de données chiffrées concernant les durées de travail cependant de nombreux répondants ont profité des cases de commentaire libre pour évoquer le problème des heures et des jours de travail non rémunérés.

Ce travail gratuit est difficile à quantifier, mais par nos échanges nous savons qu’il est très répandu dans notre profession : l’organisation individuelle de notre travail est très différente de celle des équipes de tournage, soumis à un horaire collectif. De plus, la position solitaire du monteur face à l’employeur, la concurrence salariale à laquelle il est soumis, le fragilisent et l’amènent à accepter parfois des semaines entières de travail non rémunéré pour finir un film. Certains monteurs obtiennent une forme de compensation en étant déclarés comme co-auteurs et en percevant de ce fait des droits d’auteur. Pour la majorité, ce travail est de fait « payé » par la caisse d’assurance chômage…

Vu sous un angle réglementaire, il s’agit en réalité de travail dissimulé.

« Vue la conjoncture je n’arrive plus à me faire payer les heures sup. ou les heures des dimanches (manque d’heures cruel pourtant) mais beaucoup d’autres monteurs acceptent d’être payés 7 heures alors que l’on en fait au minimum 9 ou 10. » (Chef monteur, 20 ans d’expérience, secteur de la télévision, touche des droits d’auteurs)

« En 14 ans je n’ai jamais eu une heure supplémentaire payée ni mes suivis de postproduction ou réunions préparatoires. » (Chef monteur, 14 ans d’expérience)

 

Merci aux monteurs associés pour la collecte et l’analyse de toutes ces données.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s