Le puzzle à 1000 pièces

« C’est ça la richesse du langage du cinéma, c’est comme dans la poésie où tu re-motives les mots. » me dit-elle.

Les bières d’après le travail… On analyse… On décompresse… On se rassure après s’être découragées… Parce que plus rien n’avait de sens.

Quand le puzzle à 1000 pièces est à nouveau en vrac sur le tapis, c’est un peu la panique. Alors je reprends la technique de mon papa : « tu commences par les coins et les bords ».

Tentative d’une structure, même approximative. Pour éprouver une trajectoire, et voir autre chose qu’une forme éclatée. Ça fonctionne. Nous voilà reparties. Dans une architecture qui cherche encore ses fondations : début – cœur de film – fin.

Magritte - Key To The Fields

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s