Rentrée des classes

C’est la reprise de mes cours avec les étudiants de première année à l’Esec. J’inaugure un nouveau cours « Esthétique et méthodologie ».

Nous travaillons ensemble à une grande définition du montage à l’aide de mots clés. C’est intéressant. Chaque étudiant me donne sa définition du montage. « Processus créatif » « Assemblage d’image et de son » « Prolongement de la mise en scène après le tournage »… beaucoup de propositions, d’abord parcellaires, qui finissent par donner une bonne idée de la chose.

Je leur livre ma propre définition. Nous explorons les grands aspects du montage.

Certains étudiants confondent les « séquences » avec les « sélections de plans ». Je comprends qu’il s’agit d’une déformation langagière provoquée par le logiciel première qui nomme « séquence » chaque élément délimité par un point d’entrée et un point de sortie.

Nous parlons des différents type de raccords. J’insiste sur les raccords plastiques, graphiques et thématiques espeŕant susciter l’envie d’y faire appel dans leur prochaines productions.

La même question revint chaque année : « mais au final qui a raison ? Qui l’emporte ? qui décide ? Le monteur ou le réalisateur ? ». J’explique le cœur de mon métier, cette relation si particulière entre le réalisateur et le monteur. La troisième voie : celle du dialogue, de la réflexion commune, du respect et l’intérêt primordial pour l’œuvre. Servir le film. Servir les personnage. Travailler les émotions, les sensations.

à suivre…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s