Beurk ! – pourquoi je n’aime pas les jump cut

Jump cut : Effet de transition donnant l’impression que le monteur était saoûl et qu’il a coupé des morceaux à l’intérieur des plans.

Capture d’écran 2013-02-01 à 22.08.35

Pourquoi je n’aime pas les jump cut ?

1 – Ça tue la narration : on répète trois, quatre, cinq fois le même plan. Y’a juste un mini truc qui change : gestuelle du comédien, verbiage du comédien… résultat : au lieu d’avancer dans le récit, on fait du sur place (quand on ne fait pas marche arrière).

2 – C’est (généralement) moche. Ca fait mal aux yeux.

3 – Ça empêche de penser à comment se sortir d’une impasse ? d’une longueur ? et de trouver une écriture aussi efficace qu’esthétique.

4 – Quand ça se veut drôle, ça repose sur un comique de répétition qu’on devance dès la première coupe.

5 – Monter c’est choisir LA partie du plan qui nous intéresse, pas montrer les quatre morceaux qu’on arrive pas à départager.

6 – C’est typiquement un artifice formel qui 1- ne créer pas de rythme, au contraire 2- n’accélère pas le temps (sinon autant utiliser le filtre vitesse x200%) 3- n’est absolument pas novateur ni moderne, bien au contraire…

7- Ça porte par contre parfaitement bien son nom : « coupe sautante ». Je saute d’horreur à chaque fois sur mon fauteuil.

Bref. Je n’aime pas les jump cut.

About these ads

6 réflexions sur “Beurk ! – pourquoi je n’aime pas les jump cut

  1. Bonjour Emmanuelle

    déjà, merci pour ce blog écrit avec un ton très amical et que je prends beaucoup de plaisir à lire. Bravo.

    Sur le jumpcut, je rigole car on m’en demande beaucoup en ce moment et certaines personnes adorent ça. Je suis à la base plutôt du même avis que vous, je trouve cela assez moche, cela désoriente le spectateur mais à force, on m’a aussi convaincu que ça peut marcher plutôt bien dans certains types de montages très dynamiques où les plans s’enchainent à toute vitesse : sport, pub, making of… Cela permet de montrer des choses dans un laps de temps plus court si l’on a pas le temps de montrer le plan dans son intégralité. Par contre, cela m’a toujours choqué dans des films ou documentaires et la première fois fut probablement dans « a bout de souffle » mais l’intention est là, le sentiment de répétition. Le jumpcut peut aussi servir à ça.

    Bref, je comprends votre désarroi.

    • Ah ! Mais ça me fait plaisir d’avoir un commentaire !

      Merci de partager votre expérience et votre point de vue.

      En effet, il faudra que je m’habitue parce que j’en vois de plus en plus. Mais je ne pousserai pas à la consommation ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s