Beurk ! – pourquoi je n’aime pas les jump cut

Jump cut : Effet de transition donnant l’impression que le monteur était saoûl et qu’il a coupé des morceaux à l’intérieur des plans.

Capture d’écran 2013-02-01 à 22.08.35

Pourquoi je n’aime pas les jump cut ?

1 – Ça tue la narration : on répète trois, quatre, cinq fois le même plan. Y’a juste un mini truc qui change : gestuelle du comédien, verbiage du comédien… résultat : au lieu d’avancer dans le récit, on fait du sur place (quand on ne fait pas marche arrière).

2 – C’est (généralement) moche. Ca fait mal aux yeux.

3 – Ça empêche de penser à comment se sortir d’une impasse ? d’une longueur ? et de trouver une écriture aussi efficace qu’esthétique.

4 – Quand ça se veut drôle, ça repose sur un comique de répétition qu’on devance dès la première coupe.

5 – Monter c’est choisir LA partie du plan qui nous intéresse, pas montrer les quatre morceaux qu’on arrive pas à départager.

6 – C’est typiquement un artifice formel qui 1- ne créer pas de rythme, au contraire 2- n’accélère pas le temps (sinon autant utiliser le filtre vitesse x200%) 3- n’est absolument pas novateur ni moderne, bien au contraire…

7- Ça porte par contre parfaitement bien son nom : "coupe sautante". Je saute d’horreur à chaque fois sur mon fauteuil.

Bref. Je n’aime pas les jump cut.

About these ads

6 réflexions sur “Beurk ! – pourquoi je n’aime pas les jump cut

  1. Bonjour Emmanuelle

    déjà, merci pour ce blog écrit avec un ton très amical et que je prends beaucoup de plaisir à lire. Bravo.

    Sur le jumpcut, je rigole car on m’en demande beaucoup en ce moment et certaines personnes adorent ça. Je suis à la base plutôt du même avis que vous, je trouve cela assez moche, cela désoriente le spectateur mais à force, on m’a aussi convaincu que ça peut marcher plutôt bien dans certains types de montages très dynamiques où les plans s’enchainent à toute vitesse : sport, pub, making of… Cela permet de montrer des choses dans un laps de temps plus court si l’on a pas le temps de montrer le plan dans son intégralité. Par contre, cela m’a toujours choqué dans des films ou documentaires et la première fois fut probablement dans "a bout de souffle" mais l’intention est là, le sentiment de répétition. Le jumpcut peut aussi servir à ça.

    Bref, je comprends votre désarroi.

    • Ah ! Mais ça me fait plaisir d’avoir un commentaire !

      Merci de partager votre expérience et votre point de vue.

      En effet, il faudra que je m’habitue parce que j’en vois de plus en plus. Mais je ne pousserai pas à la consommation ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s